News Ticker

Le porte conteneur Philippe A, Le premier navire d’Arkas sous pavillon marocain

Le groupe Turc Arkas vient de créer une autre filiale au Maroc pour entamer des services de feedering entre les ports marocains.

La nouvelle société créée porte comme raison sociale la dénomination de ‘‘Maroc Feedering’’. C’est une société de droit marocain, inscrite dans le registre de commerce de Tanger.

L’objet de cette nouvelle société est d’opérer des navires caboteurs pour offrir des services de feedering au Groupe Arkas et aux autres compagnies partenaires leur permettant d’offrir à leurs clients tous les ports du Maroc en touchant seulement le port de Tanger Med ou celui de Casablanca.

Un premier navire a été désigné pour être opéré au Maroc. L’immatriculation de ce navire sous pavillon marocain a été célébrée à bord le 10 août à Tanger Med, son nouveau port d’attache.

Le navire, qui a gardé son nom de Philippe A est un porte conteneur de 133 m de longueur hors tout, de 23 m de largeur. Il cale 7,7 mètre de tirant d’eau et file une vitesse de 15 nœuds.
Sa capacité en Teu de 971 en total et 525 teu chargés (à 14 tonnes), celle des conteneurs Reefer est de 80 unités. Le navire a été construit en Pologne et il est âgé de 21 ans.

Le navire a pris son premier départ sous pavillon marocain juste après la cérémonie à destination du port de Casablanca.

C’est Mohamed Eljaouadi, jusque là directeur des opérations d’Arkas Maroc qui prend la direction de la nouvelle entité. M. Eljaouadi est un capitaine au long cours, qui a commencé sa carrière en tant qu’officier à bord des navires de commerce avant de joindre le groupe IMTC où il dirigeait la filiale logistique. Il fût l’un des premiers à rejoindre le groupe Arkas dès le début avec la mission de monter et conduire toute la partie opérationnelle.Arkas Holding a commencé ses opérations au Maroc en 2008 avec Global Container Agency et a créé Arkas Maroc S.A. deux ans plus tard.

Arkas a ouvert un bureau à Casablanca et une succursale à Tanger. Arkas Maroc gère les services d’agence pour Arkas Line et OOCL, tandis que Overseas Maroc assure l’agence pour Hapag Lloyd et Africontainer, une autre société du groupe représente Yang Ming.

photo El Jaouadi

4 questions à M. Mohamed Eljaouadi, Directeur de Maroc Feedering

Notre ligne de feedering fera le bonheur de tout le monde !

Mohammed Eljaouadi, jusque là directeur des opérations d’Arkas Maroc prend la direction de la nouvelle entité du groupe Maroc Feedering. Nous l’avons rencontré à l’occasion de l’inauguration de leur premier navire sous pavillon marocain. Il nous explique les objectifs de ce projet.

T&L : En lançant la filiale Maroc Feedering, le premier navire Philippe A et la ligne de Cabotage nationale, quels sont les objectifs recherchés?

M. Eljaouadi : Le premier objectif, pour le marché local, est de mieux desservir les autres destinations (Casablanca et Agadir) à partir de Tanger Med, déjà positionné comme Hub. Comme vous le savez, le transbordement au port de Casablanca n’est pas réglementé, et donc c’est aussi l’occasion de desservir les destinations internes pour le marché international.

Deuxième objectif : optimisation de la chaine logistique nationale. Pour le marché d’Agadir par exemple, le coût logistique pose problème. Les connexions directes pour l’export sont à partir de Tanger Med, donc le feedering reste la solution la plus convenable. Il y a des nouveaux marchés potentiels pour les primeurs marocains à savoir les USA et le Canada ; desservi aujourd’hui à partir de Tanger Med mais le coût de l’Inland à partir de la zone de production (la région de Souss) défavorise le coût de revient global. Avec le feedering, ce coût devient compétitif.

Troisième objectif : concurrencer d’autres ports connus comme Hubs de la Méditerranée en faveur de Tanger Med.

 Quels seront les effets sur le pays?

Bien entendu, il y a l’effet du pavillon national en termes d’emploi pour les marins et d’expertise maritime. Pour la communauté, le passage par voie maritime aux dépens de la route a un effet de réduction du coût certes mais aussi un effet environnemental : les émissions CO2 par poids transporté sont largement plus faibles en transport maritime qu’en routier. Mais, d’une façon générale, disons que le feedering en cabotage national servira la compétitivité du produit marocain.

Du point de vue commercial, vous lancez cette ligne pour compléter l’offre d’Arkas?

Nous la lançons pour nous et pour tous nos partenaires, pour tout le marché en général !

Avez-vous des promesses de chargement de slots?

Effectivement, nous avons déjà vendu des slots pour le groupe Arkas et aussi pour Hapag Lloyd.

Propos recueillis par
Hammou Jdioui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*