News Ticker

Les sociétés familiales du shipping, Les facteurs internes du succès

Dans le milieu maritime, les compagnies familiales sont courantes. On trouve des familles qui contrôlent de très grandes structures et ceci passe de génération en génération. C’est plutôt un phénomène positif puisque les familles, contrairement aux investisseurs, s’attachent à leur business même par temps de crise. Mais quels sont les facteurs clés qui ont fait le succès des sociétés maritimes célèbres ?

C’est une réalité qui se répète et se confirme à travers l’histoire : dans les nations maritimes, se sont les familles à tradition maritime qui savent entretenir la passion et le business. Elles savent s’adapter à l’évolution de la technologie, de la réglementation et du marché. Elles savent attirer d’autres investisseurs, rassurer les banquiers et convaincre leurs gouvernements à adopter des réformes pour le secteur. Elles savent orchestrer l’expansion, la croissance et la rentabilité par beau temps économique et gérer le maintien et la maîtrise des coûts par mauvais temps. Elles savent surtout transmettre ce savoir à leur nouvelle génération qui prend le relai.

Chez nous, les familles comptées aux doigts qui ont pu un jour pénétrer dans le maritime et en en fait leur business se sont éloignées ou ruinées laissant derrières des dégâts, des ardoises et des victimes, au meilleur des cas, certains ce sont reconvertis dans d’autres créneaux.

Par le passé, nous avons « croisé » dans des circonstances différentes des familles qui affectent l’économie du transport maritime non seulement dans notre région, mais aussi dans le Monde.

La famille Romeu (Groupe Romeu, espagnole présent dans quatre continents), venue à Casablanca célébrer le 10ème anniversaire de sa présence au Maroc. C’est une famille espagnole qui est dans le business depuis 1850 et s’apprête à passer le flambeau à la cinquième génération !

La famille Arkas (Groupe Arkas), leader dans la région Med, Dont le fils Bernard Arkas est déjà prêt pour prendre les reines du groupe.

Pour la famille Saadé qui contrôle la troisième grande puissance maritime mondiale, le Groupe français Cma Cgm, Rodolphe a été déjà aux commandes depuis novembre dernier en succession à son père fondateur Jacques Saadé qui vient de rendre son âme le mois dernier.

Là, on ne peut pas éviter de nous poser cette question innocente: pourquoi cela a réussi pour les autres et n’a pas réussi pour nous ?

Déjà à travers les modèles que nous avons croisés, on peut annoncer deux facteurs déterminants : la passion pour le métier et la bonne préparation de la succession.

Dans ce témoignage, Bernard Arkas nous en parle :

« Justement, nous sommes en train de gérer la succession et c’est mon cas. Je suis de cette génération et c’est le moment de reprendre les choses en main à la suite de mon père. Aujourd’hui, nous sommes 7 300 employés dans le groupe, nous sommes présents dans 25 pays et nous avons 50 navires. Mais nous ne sommes pas actifs dans le maritime uniquement, notre groupe travaille aussi dans l’huile d’olive, dans le tourisme, dans l’automotive, etc… Actuellement, je suis là avec une de mes deux sœurs, qui est à la tête d’Arkas Logistics et moi à la tête du réseau d’agence maritime. Nous sommes déjà à la 4e génération. Ceci dit, si nous sommes une société familiale, nous croyons en les professionnels, nous croyons en les standards internationaux et nous sommes persuadés que c’est très important pour survivre. Nous prenons suffisamment de temps pour former nos équipes, puisque nous estimons que c’est le seul moyen pour grandir. C’est vrai que la famille dessine la stratégie, mais nous recrutons les ressources humaines de qualité pour pouvoir évoluer. « 

Quant à Francisco Roméu, il confirme dans une interview qu’il nous avait accordée avec son frère José Maria, qu’ils sont allés jusqu’à consigner la nature familiale de leur société dans les statuts de celle-ci:

 » Nos statuts prévoient à l’article 1 que le Groupe Romeu est une société familiale. Nous sommes aujourd’hui, avec notre taille, organisés sous forme de Trusts, de Holdings, mais l’esprit familial est accepté par tous les associés du Groupe. Le Groupe Romeu est une société familiale à 100 %, c’est une tradition que nous conservons »

Et en réponse à notre question sur les raisons de la réussite, José Maria a expliqué : « Il y a trois ans que nous avons signé un pacte d’associés qui détermine exactement les conditions d’accès aux sociétés du groupe. Si nous sommes une société familiale, cela ne veut pas dire que n’importe qui de la famille Roméu peut entrer comme associé dans la société. Nous avons certaines conditions qui restreignent l’entrée dans le Groupe. Par exemple, là vous avez rencontré mon fils José Maria Junior : il est en période de formation, il suit un parcours très long de formation, il est dans les filières de différentes activités, il a eu ses diplômes d’études universitaires. C’est en réunissant ces deux conditions, c’est-à-dire de bonnes études et une bonne éducation d’une part, et une formation sur le terrain d’autre part, qu’il a la possibilité de rejoindre le Groupe pour succéder à notre génération. C’est pour dire qu’il y a des membres de la famille qui veulent être dans le groupe Romeu mais qui ne le peuvent pas parce qu’ils ne réunissent pas ces conditions. »

Ce fût certainement aussi le souhait du Commandant Karia, Fondateur du Groupe Imtc, de réaliser le même rêve que les familles célèbres du shipping. On se souvient que dès le début, les navires achetés ont porté les prénoms des membres de la famille. Cependant dans la pratique, cette volonté n’a pas été suivie par une modernisation de la structure et des procédures. On a laissé une partie familiale informelle l’emporter sur l’organisation. D’ailleurs certaines compétences ont déclaré avoir quitté le groupe à cause de cette ambigüité du rôle
de la famille.

Autre point que la famille n’a pas tourné à son avantage, est que la succession n’a pas été bien préparée. La personnalité et le charisme du père l’emportaient sur l’indépendance et l’émergence des fils.

Notre petite conclusion parait évidente : la recette interne de la réussite d’une compagnie familiale dépend en premier lieu de la passion des fondateurs pour le métier et la volonté d’y attacher les futures générations , en second lieu de la bonne préparation de la succession à chaque étape de l’histoire de l’entreprise et en dernier lieu de la modernisation de l’entreprise
et le renforcement de son état major par des dirigeants ayant des compétences professionnelles de haut niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*